Coeur double, Le Roi au masque d'or, Le Livre de Monelle

Par Marcel Schwob

Une révélation; d'ailleurs bien difficile à qualifier.

Marcel Schwob, un auteur méconnu, peu mis en avant, alors que son talent, unique de par sa singularité, s'exprime au travers du déploiement d'un style d'une originalité rare, et d'un mode de narration qui entremêle fiction, conte, poésie, parabole en un puissant flux onirique à même de susciter curiosité, perplexité et une foule de sentiments aussi extrêmes qu'émerveillement ou dégoût.

Ces nouvelles fantastiques s'étendent sur de larges domaines imaginaires, et nous entraînent dans les divagations d'un écrivain fantaisiste aux pensées parfois opaques, glauques qui contribuent à nous faire perdre pied dans ce délire d'images et de sensations souvent irrésistibles. Certaines nouvelles ou, du moins, certains paragraphes sont énigmatiques, voire abscons, et il faut se pencher à plusieurs reprises sur le texte, se creuser les méninges pour déceler les clés de compréhension d'une prose qui peut surprendre par le vocabulaire employé ou les idées disséminées. 

Me vient à l'esprit une analogie, légère mais persistante: Boris Vian, dont certaines de ses oeuvres - telle l'Ecume des Jours, à la candeur et beauté inégalées - pourraient avoir été inspirées par Schwob, cet écrivain insolite, météore de la littérature qui, comme d'autres, s'est éteint bien trop tôt.  

 

 


Ma note : 8/10

auteur
Publié par Arnould Accya inscrit il y a 673 jours.
Dans Nouvelle - Fantastique
Le Dimanche 13 décembre 2015 : 13:45:03
Partager / Commenter