Soumission

Par Michel Houellebecq

Pour un résumé du livre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Soumission_%28roman%29

La question que je me pose est la suivante : pourquoi avoir fait le choix de l’année 2022 pour ce roman de politique fiction ?

Si Michel Houellebecq avait par exemple choisit 2122, on aurait pu imaginer une progression lente dans le temps d’un parti politique musulman parallèlement à un abandon des valeurs laïques de la part de la société civile et des hommes politiques. Mais en choisissant cette date proche dans le temps, le récit perd en crédibilité car ce qu’il imagine est tout bonnement impossible aujourd’hui (lui le juge crédible). Comment peut-on imaginer que toute une classe politique ainsi que la plupart des intellectuels pourrait accepter l’abandon de la laïcité, le recul des droits de la femme, la polygamie, le recul de l’éducation nationale, etc. ? Et comment imaginer que 5 % des électeurs, les musulmans, puissent arriver à ce résultat ? En ce sens, ce roman n’est rien d’autre qu’un fantasme ainsi qu’une provocation et une injure aux citoyens et plus particulièrement au monde politique et aux intellectuels.

Mais l’auteur étant quelqu’un d’intelligent nous devons alors nous poser la question du « pourquoi ? », mis à part le coup médiatique. A aucun moment dans son roman, par l’intermédiaire des personnages il n’apporte de jugement quant aux évènements, ce qui aurait pu éventuellement nous donner un début de réponse. Aucun de ses personnages ne se révolte, n’apporte la contradiction et ne porte les valeurs des Lumières et de la laïcité. Il ne fait que décrire, presque méthodiquement, la situation qu’il a imaginée. En cela le roman rejoint son auteur qui reste souvent fuyant lorsqu’on l’interroge sur ses motivations.

Si le but de Michel Houellebecq était de nous prévenir des dangers de la bien-pensance et de la compromission d’une partie du monde politique, intellectuel et économique face à l’intégrisme, je trouve qu’il a échoué en posant son récit trop proche dans le temps et en prenant le parti de ne pas y apporter de contradiction.

On peut aussi se poser la question suivante : auprès de quels lecteurs cette fiction pourrait-elle trouver grâce ?

  • D’un coté les extrémistes de droites qui pourraient y voir une justification de leur crainte des étrangers en général et des musulmans en particulier. En ce sens elle est dangereuse !
  • Et de l’autre les islamistes radicaux et une partie des musulmans sympathisants (ceux là même qui sans prôner ouvertement la violence, disent et pensent à propos des attentats : ils l’ont bien cherché !), qui en esprits simplistes sont persuadés que cette vision de la société française serait prophétique. En ce sens elle est également dangereuse !

Et bizarrement, dans son roman il décrit à un certain moment l’étonnant rapprochement qui pourrait y avoir entre ces deux mouvements à travers le personnage de Robert Rediger qui accepte de se convertir malgré son passé chez les identitaires. Il explique que « l’Eglise catholique était devenue incapable de s’opposer à la décadence des mœurs. De rejeter nettement, vigoureusement, le mariage homosexuel, le droit à l’avortement et le travail des femmes… L’arrivée massive de populations immigrées empreintes d’une culture traditionnelle encore marquée par les hiérarchies naturelles, la soumission de la femme et le respect dû aux anciens constituait une chance historique… »

La réponse est peut-être là ? A ce propos on ne peut plus alors parler de soumission (privation d'indépendance qui résulte d’une lutte), mais plutôt d’acceptation, de compromission et de collaboration. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/soumission/73695

Crainios

A lire aussi : http://www.huffingtonpost.fr/caroline-fourest/credibilite-scenario-houellebecq_b_6427814.html

A écouter : http://www.dailymotion.com/video/x2e6cd4_michel-houellebecq-mon-livre-est-une-satire_news

 


Ma note : 6/10

auteur
Publié par Crainios inscrit il y a 1030 jours.
Dans Roman - Biographie
Le Mercredi 22 juin 2016 : 14:47:54
Partager / Commenter